Fruits et légumes

Cultivez un potager biologique


Cultivez un potager biologique


En général, le jardin sera fertilisé uniquement avec des produits tels que la tourbe, le fumier et le compost. Il sera bon de faire une rotation périodique des légumes, en essayant de cultiver le plus grand nombre de variétés. De cette façon, la probabilité que les plantes ne soient pas affectées par des maladies et des parasites diminue; à cet effet, il est également conseillé d'opter pour des espèces plutôt résistantes. Cultiver un potager selon des principes biologiques, c'est aussi lutter contre les maladies des plantes avec des méthodes non invasives et encore moins chimiques; pour cette raison, nous utiliserons l'introduction de certains insectes ravageurs antagonistes, afin de les éliminer naturellement. En ce qui concerne l'éradication des mauvaises herbes, nous procéderons avec une faucille simple et jamais avec des herbicides chimiques. Dans les jardins normaux, une opération de routine consiste à éliminer les insectes parasites avec des produits spécifiques; dans un potager biologique, le problème peut être résolu en utilisant des composés végétaux de pulpe et de soufre pour les éliminer ou en pensant à greffer des arbustes tels que des haies capables de produire naturellement des insectivores. Une autre recommandation importante à cultiver de cette manière est de savoir comment choisir la zone appropriée dans laquelle placer le jardin. Il devra certainement être positionné dans une zone ensoleillée, de préférence au sud. Si les dimensions le permettent, il serait bon d'obtenir une petite tranche de terre à réserver aux cultures en serre, au sein de laquelle il sera également possible de fabriquer des engrais organiques. Avec des règles simples mais précises, il sera ainsi possible d'obtenir des produits entièrement naturels et non contaminés par aucun agent chimique, de manière à bénéficier à la fois à leur propre santé et à celle de l'environnement.

Comment semer



Avant de procéder au semis proprement dit, les graines doivent être plantées, de préférence au printemps ou en été. Pour tout faire correctement, vous devrez prendre une pelle et tracer avec elle le périmètre du premier sillon de la longueur souhaitée. Par la suite, vous creuserez sur toute sa longueur pour toucher une profondeur d'une trentaine de centimètres, à l'intérieur de laquelle vous ajouterez de l'engrais frais. En même temps, il est bon d'enlever toutes les mauvaises herbes et les cailloux. Le deuxième sillon sera creusé parallèlement au précédent, et il continuera de cette façon jusqu'à travailler toute la surface utilisée pour le potager. Pour faire respirer suffisamment la terre, il faudra attendre au moins trois semaines avant de semer. Après ce temps, à l'aide d'une fourchette, le sol sus-jacent sera remélangé et une autre petite quantité de fumier mature sera ajoutée. La prochaine étape consistera à irriguer abondamment la zone pendant deux ou trois jours, en éliminant les mauvaises herbes cultivées. Ce n'est qu'après cette phase préparatoire qu'une qualité optimale du sol pourra être atteinte, dans laquelle les différents légumes seront semés. Il existe différentes techniques de semis; la plus connue et la plus simple est celle en rangées et consiste à disposer les graines à intervalles réguliers entre elles. Il est principalement utilisé pour les légumes à longues racines et les salades. Le semis sous abri est plutôt une technique appropriée pour obtenir une croissance rapide des légumes et des semis tels que les poivrons et les tomates; elle doit être réalisée en serre ou dans des conteneurs spéciaux. Le semis avec des trous permet d'insérer plus de graines dans la même rainure et convient particulièrement aux légumineuses. Enfin, le semis en pleine terre, qui convient à tout type de légume, doit se faire en jetant uniformément les graines sur le sol, mais uniquement lorsque le climat n'est ni trop chaud ni trop froid.

Afin d'obtenir les meilleurs résultats des produits cultivés, il est essentiel de connaître le moment exact où ceux-ci doivent être semés. Il faudra alors rester en harmonie avec la nature et par conséquent aussi suivre les différentes phases de la lune qui l'influencent inévitablement. Chaque mois a un croissant et une phase de lune en déclin. L'élagage et toutes les opérations qui favorisent la croissance des racines et des pousses devront être effectués avec le croissant de lune, tandis que la lune décroissante aide aux décantations, aux repiquages, au semis et à la collecte des produits. Dans la phase de croissance, la croissance des premiers fruits est également favorisée, et c'est précisément la raison pour laquelle il est bon de semer dans cette période. Étant donné que certains types de légumes préfèrent le croissant de lune et d'autres la décroissance car ils craignent une floraison précoce, c'est une bonne idée de garder un calendrier lunaire à portée de main, à consulter quotidiennement. De plus, si le sol du jardin est bien drainé et humide, il est préférable de semer avec une lune décroissante; les terres graveleuses ou sablonneuses et donc moins fertiles donneront plutôt de meilleurs fruits si elles sont semées avec un croissant de lune.Fertilisation et rotation des cultures biologiques



Chaque type de légume, surtout s'il est biologique, a besoin d'une fertilisation appropriée. Le fumier, en particulier le fumier mature, est certainement le meilleur choix, également parce qu'il permet aux principaux nutriments d'être apportés au sol et par conséquent aussi à ses produits d'une manière absolument naturelle et saine. Pour cela, surtout si la terre n'est pas particulièrement fertile, il sera possible d'ajouter des cendres, des aiguilles de pin ou du sang séché provenant des déchets de l'abattoir. L'opération de fertilisation doit être effectuée régulièrement une fois par mois en hiver et en automne, tandis qu'au printemps et en été une séance sera suffisante tous les deux mois, en prenant soin de mélanger le fumier avec une dose abondante d'eau non calcaire. Afin d'avoir des produits vraiment riches en vitamines et avec une croissance saine et luxuriante, la rotation des cultures doit être effectuée. La technique consiste à établir un plan détaillé avec les types de plantes et leur période de culture spécifique, afin de leur offrir les meilleures conditions de développement. Une fois les premiers produits récoltés, le sol doit être laissé au repos pendant six mois, pour lui permettre de respirer et de se régénérer, en évitant son exploitation excessive qui à terme s'avérerait sûrement nuisible.

Un autre problème important est l'irrigation. En général, cela doit être fait aux premières heures du matin et après le coucher du soleil, car l'évaporation de l'eau sera évitée et des changements soudains de la température du sol ne se produiront pas, endommageant les légumes. Pour protéger les plantes, le jet direct d'eau doit toujours être évité sur les feuilles et les tiges, et au lieu de cela la méthode d'irrigation goutte à goutte est préférée, à la fois avec des plantes spéciales, et en appliquant à l'arrosoir un dispositif d'oignon qui permet une meilleure et uniforme distribution d'eau. Pour les jardins assez grands, il est également conseillé d'irriguer par infiltration latérale, à travers laquelle l'eau atteint les cultures par de petits tunnels parallèles. L'eau appropriée n'est certainement pas l'eau potable car elle est trop riche en chlore et en calcaire, et il est donc préférable de provenir de puits ou de ruisseaux adjacents au sol. En ce qui concerne les maladies des légumes auxquelles il faut accorder plus d'attention, on peut dire que les plus grands dangers sont constitués par les attaques des cochenilles, des araignées rouges et des pucerons, des parasites qui aiment les bourgeons et les fruits précoces, ou par l'humidité excessive qui favorise le mildiou, maladie reconnue par la présence de moisissure sur les feuilles et les fruits. Puisque nous avons choisi de cultiver de façon biologique, comme déjà mentionné dans l'introduction, nous devrons éviter les pesticides et les pulvérisations chimiques et nous lutterons contre ces pièges en introduisant des insectes antagonistes ou avec des composés soufrés et des gravats à répartir sur les zones malades de la plante.
Regardez la vidéo